Comment j’ai appris à m’aimer en passant du « lutter contre » au « lutter avec »

J’aimerais arriver à vivre malgré ça.

Si vous saviez le nombre de fois où j’ai entendu cette phrase ! où l’ai prononcée !

Des traumatismes

Des épisodes douloureux. Des moments difficiles. On en a tous vécus.

Inutiles de les comparer.

On s’est plus ou moins faits écraser, et on s’est plus ou moins relevés.

Dans tous les cas, on a souvent beaucoup encaissé, parce qu’on a trop rarement trouvé d’endroits où être soulagés.

Et puis ça trotte.

Et puis ça reste.

Dans un coin de notre tête

Comme une espèce de gribouillis gris, une pelote de laine qui peluche et gratte.

Un truc lourd à porter.

Qu’on aimerait bien évacuer.

Je vous comprends tellement. Je suis exactement pareil.

Il y a la vie, avec ses hauts et ses bas.

Et puis il y a

ces choses qu’on aurait préféré ne pas vivre

Cette rupture amoureuse.

Ce burn-out.

Ce licenciement.

Cette maladie.

Ce décès beaucoup trop brutal à notre goût.

Et parfois ces attouchements sexuels ou bien ce viol dont on est victime (je vous rappelle qu’il s’agit d’un crime puni par la loi).

ces hontes qui nous bouffent de l’intérieur

Parfois même au sujet d’événements où nous n’avons aucune responsabilité.

On y travaille. On les libère. On avance dessus.

Et malgré tout.

Elles sont toujours là

Sûrement un peu plus apaisées, moins envahissantes, moins terrorisantes. Mais pas toujours.

Et pourtant toujours là.

Alors qu’on n’en voudrait pas.

Lutter contre quelque chose le renforce

C’est dingue non ?

Et pourtant c’est vrai.

Tout ce contre quoi nous luttons, nous lui donnons de la force, du temps et de l’énergie.

Je vais même oser aller encore plus loin.

Lutter pour ne sert à rien non plus.

Les deux ne sont qu’un leurre.

Dans un sens, on pense pourtant combattre le mal

Dans l’autre, soutenir le bien.

Mais ni l’un, ni l’autre n’existent sur le terrain de la paix intérieure.

La clé, c’est de lutter avec

Avec soi.

C’est être avec. C’est embrasser toutes les facettes de notre vie. De notre personnalité.

Passer du lutter contre/lutter pour au lutter avec.

C’est un premier pas vers l’acceptation.

L’acceptation de qui on est

De ce qu’on a vécu. De ce qui nous a blessé.e.s.

C’est l’acceptation qui permet de passer du vivre malgré ça au vivre avec ça.

Et ça change tout.

Parce que ça réconcilie la partie de nous « qui lutte contre » avec celle qui a compris que ça faisait pourtant partie de son expérience. De son histoire.

Sans pour autant nous définir

Prenez soin de vous ❤ Anaïs

👉 Tu as aimé ? La meilleure manière de rendre ces astuces accessibles à tou.te.s est de commenter, liker et partager cet article à celles et ceux qui comptent pour toi. On a tous bien besoin d’apprendre à s’aimer. Merci de ton soutien ❤